" /> marieheleneboutetdemonvel - La blogosphère d'élunet

Bienvenue sur le blog de
marieheleneboutetdemonvel

UA–30296909–1

La fête de l'Huma, c'est bientôt !

La fédération du PCF organise un déplacement en car, départ le samedi 15 à 4 h 00. 

 Transport 48 euros 
 Vignette (bon d'entrée) 20 euros 
 renseignements et inscriptions PCF 16 05 45 92 20 42

Lire la suite...

 

Les estivales citoyennes du Front de Gauche


Les estivales citoyennes du Front de gauche par CN-PCF

Lire la suite...

 

Prix des carburants : Mélenchon face à Apathie

Lire la suite...

 

André Chassaigne ne votera pas la confiance à... par LCP

Lire la suite...

 

Les premières estimations, ce soir, confirment le basculement de l'Assemblée nationale à gauche. La page du pouvoir sarkozyste en France est définitivement tournée mais le parti de l'ancien président sauve un nombre substantiel de sièges. Il ne fait aucun doute que la droite saura s'en servir pour multiplier les obstacles au changement dans notre pays. L'entrée du FN dans l'hémicycle qui reste heureusement circonscrite est un signal d'alarme supplémentaire.

Pierre-Laurent-300.jpg

A gauche, le Parti socialiste parvient à son objectif et dispose à lui tout seul d'une majorité absolue. Le Front de gauche aura moins de députés malgré un gain en nombre de voix et en pourcentage mais les conditions semblent ce soir réunies pour la constitution d'un groupe à l'Assemblée. Si cela se confirme, c'est une bonne nouvelle pour la démocratie.

Force est de constater, cependant, que le mode de scrutin et l'inversion du calendrier électoral dénaturent la portée des élections législatives et déforment le paysage de l'Assemblée nationale au profit du bipartisme. A gauche, la majorité législative est ainsi distordue par rapport à la réalité de la majorité politique de gauche dans le pays. Le PS totalise 65% des voix de la gauche à l'élection présidentielle, près de 70% avec ses alliés aux législatives et obtient plus de 90% des députés de gauche. Le Front de gauche totalise 25% des voix de gauche à la présidentielle, 15% aux législatives et compte moins de 5% des députés de gauche. C'est une anomalie provoquée par une logique institutionnelle implacable qui, de scrutins en scrutin, a permis aux deux plus grosses formations de monopoliser aujourd'hui 90% des sièges à l'Assemblée nationale.

En dépit de cette injustice, le Front de gauche avec l'influence qui est la sienne dans le pays, avec ses deux groupes au Parlement, ses élus sur le territoire et au Parlement européen, entend être une force d'initiatives et de propositions active et positive pour la réussite du changement dans notre pays.

 

Merci. On ne lâche rien.

A tous, amis, camarades, connus et inconnus, merci !

Nous sommes en campagne depuis le mois d'octobre 2011. Notre action est centrée sur l'explication et la diffusion d'un programme "L'Humain d'abord" qui fournit les éléments concrets d'un redressement de l'économie en France et en Europe.



La vie quotidienne de chacun d'entre nous est concernée. Le partage des richesses n'est pas un slogan électoral mais une nécessité vitale pour lutter contre le chômage, la précarité, la pauvreté, la disparition programmée des services publics.

Nos propositions sont plus que jamais d'actualité !

Avec vous, nous les avons discutées et améliorées. Nous avons ouvert des espaces d'expression, de parole, de débat qui nous permettent de prendre la mesure des souffrances subies mais aussi des espoirs que chacun place, malgré tout, dans un avenir meilleur.



Les résultats chiffrés de l'élection législative du 10 juin ne traduisent pas intégralement (pas encore !) l'élan par lequel nous nous sommes sentis portés lors de nos rencontres, au porte à porte, sur les marchés, aux portes des entreprises souvent menacées en Charente. L'abstention est très forte : elle révèle un sentiment de fatalisme ("il n'y a plus rien à faire !") ainsi qu'un scepticisme à l'égard de la voie démocratique ("que pèse mon bulletin de vote face aux "puissances" de la finance internationale ?") que nous avons souvent rencontrés pendant la campagne. Le vote FN constitue un second sujet de préoccupation pour les défenseurs de la démocratie ; la banalisation de fausses "thèses" contraires à l'humanisme, devenues "tolérables" du fait de l'action néfaste de certains médias, doit être combattue par chacun d'entre nous, par l'éducation et l'amélioration des liens sociaux.

Nous saluons avec beaucoup de gratitude et d'affection les encouragements constants dont nos actions ont été entourées et le soutien actif de tous ceux, militants du PCF, du PG et du collectif du Front de Gauche, qui nous ont apporté l'aide matérielle et morale sans laquelle cette campagne législative n'aurait pas pu être menée jusqu'au bout.

Par votre abnégation, votre courage, votre sens de la fraternité active, vous tous donnez vie et force à notre ambition :"L'Humain d'abord" !

Marie-Hélène Boutet de Monvel et Denis Lavauzelle.

 

Une déclaration de Pierre Laurent

Les résultats du premier tour des élections législatives confirment la volonté des Françaises et des Français de tourner la page de la droite. Après l'élection de François Hollande le 6 mai dernier, il est possible dimanche prochain d'élire une majorité de gauche à l'Assemblée nationale.

Le scrutin est marqué par une forte abstention et une bipolarisation accrue des exprimés qui déforme la réalité et la diversité de la vie politique française. C'est la conséquence de la présidentialisation forcenée du débat politique. L'inversion du calendrier électoral minore et dénature la portée du scrutin législatif, c'est un grave problème démocratique que seules d'ambitieuses réformes institutionnelles allant vers une 6e République peuvent résoudre. C'est un objectif que le PCF et le Front de gauche continueront de porter.

Le Front de gauche obtient, selon les premières estimations, 7 %. Ce résultat confirme l'ancrage national du Front de gauche qui est à nouveau ce soir la seconde force de la gauche. Dans de nombreuses circonscriptions, la dynamique mobilisatrice du Front de gauche a continué de s'enraciner durant la campagne législative . Les deux batailles, présidentielle et législative, menées au cours de ce semestre, constituent une promesse d'avenir et un atout sans lequel la gauche ne pourra réussir.

Dimanche prochain, un groupe Front de gauche peut être élu à l'Assemblée nationale au sein d'une large majorité de gauche. Le pays pourra compter sur les députés qu'il comptera pendant cinq ans.

J'appelle ce soir à battre, partout dimanche prochain, les candidats de droite encore en lice, à barrer la route de l'Assemblée nationale aux candidats du FN et à élire, en se rassemblant autour des candidats de gauche les mieux placés, une majorité de gauche forte d'un groupe du Front de gauche.

 

Soulagés d'avoir réussi à battre Nicolas Sarkozy à la présidentielle, beaucoup estiment que l'essentiel a été fait. Or l'essentiel en question, il est à venir avec l'élection de près de 600 députés qui vont faire, ou non, les lois de progrès et de justice sociale, de conquêtes démocratiques attendues par la majorité des Françaises et des Français.

Le résultat du scrutin de ce dimanche 10 juin pèsera lourd pour les 5 années à venir.

La présidentialisation de la Ve République masque une réalité : c'est à l'Assemblée, et non à l’Élysée, qu'il faudra une volonté de fer pour décider de mettre un terme au pouvoir des marchés financiers.

Il faudra une majorité de gauche qui n'ait pas d'hésitation en abrogeant les lois injustes imposées par la droite pendant 10 ans, détruisant le potentiel économique de la France en liquidant notre industrie, en dépeçant les services publics, en réduisant libertés et droits démocratiques. Il faut une majorité de gauche qui porte la parole et les exigences du mouvement social et citoyen, et non les guide. Une majorité de gauche ferme sur l'engagement de soumettre le traité Sarkozy-Merkel, renégocié ou non, au vote des Français au moyen d'un référendum; une volonté de fer pour rejeter le Pacte budgétaire européen et la perte de souveraineté nationale qu'il entraînera. Soyons clairs, sans la présence de nombreux députés du Front de gauche au sein de la future majorité, cette volonté ne sera pas au rendez-vous, le changement tant attendu par les Français pourrait alors leur filer entre les doigts.

affiche_pour_blog.jpg Pour ces raisons, et quel qu'ait été leur vote à gauche à l'élection présidentielle, toutes celles et tous ceux qui souhaitent laréussite du changement ont besoin de la présence d'un fort groupe du Front de gauche écouté et respecté à l'Assemblée nationale. Nous avons besoin d'une large majorité de gauche au Parlement, en sortant le maximum de députés de droite et en barrant la route à l'entrée du Front national.

Mais l'hégémonie du seul Parti socialiste sur la majorité parlementaire ne serait pas une bonne nouvelle. Il est important que toutes les décisions, toutes les lois qui seront votées tiennent compte des idées, des propositions, des suggestions du Front de gauche. C'est une garantie indispensable pour réussir le changement.

Comment donner cette place au Front de gauche ?

En votant pour ses candidats partout ce dimanche, et en élisant partout où c'est possible au second tour un député du Front de gauche.

Disons-le: ne vous laissez pas voler vos ambitions de changement.

 

Les journaux de campagne et les circulaires de vote ("Professions de foi") arrivent cette semaine dans les boîtes aux lettres. En voici des extraits.

miniPdFoi.jpg

Lire la suite...

 

On va leur faire un dessin... spécial... par CN-PCF

- page 1 de 8